La carte d’identification professionnelle (CIP) existe depuis 2006. Elle a été rendue obligatoire par la loi Macron du 6 août 2015 et concerne 2,5 millions de salariés (500 000 entreprises). Mais qu’est-ce que la carte BTP ? À quoi sert-elle ? En pratique, qu’est-ce que cela implique pour les artisans du bâtiment ?

Quel est l’objectif de la carte BTP ?

La carte BTP est le fruit d’un travail mené conjointement entre les professionnels du secteur du bâtiment, en particulier les grandes fédérations (FFB, CAPEB, etc.) et les services de l’Etat. L’objectif est de lutter contre le travail illégal qui représente aujourd’hui 10 % de l’économie française. En effet, ce travail illégal ne profite à personne : les salariés renoncent à leurs droits et perdent toute protection sociale, les employeurs sont victimes d’une concurrence déloyale, les donneurs d’ordre peuvent être sanctionnés et la collectivité est touchée car l’employeur ne paie pas ses charges, ce qui a un impact sur les finances publiques.

Qui est concerné par la carte BTP ?

La Carte d’Identification Professionnelle BTP concerne :

• les employeurs français dont les salariés effectuent des travaux, même occasionnellement, dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics ;
• les entreprises de travail temporaire françaises qui emploient des salariés effectuant des travaux ;
• les employeurs qui ne sont pas établis en France et qui détachent sur le territoire français des salariés pour effectuer des travaux

En revanche, elle ne concerne pas les auto-entrepreneurs ainsi que les salariés exerçant les métiers suivants (même lorsqu’ils travaillent sur un site ou un chantier de travaux de bâtiment ou de travaux publics) : architectes, diagnostiqueurs immobilier, métreurs, coordinateurs en matière de sécurité et de protection de la santé, chauffeurs et livreurs.

Comment obtenir la carte BTP ?

La carte doit être demandée, dès l’embauche ou le détachement, par :

• l’employeur du secteur des travaux de bâtiment ou des travaux publics (BTP) ;
• l’entreprise de travail temporaire pour les salariés intérimaires ;
• l’entreprise utilisatrice pour les salariés intérimaires détachés par une entreprise de travail temporaire établie hors de France.

La demande se fait exclusivement en ligne sur le site cartebtp.fr, contre paiement d’une redevance forfaitaire de 10,80 €.

Pour faire la demande, il est nécessaire de rassembler les informations suivantes pour chaque salarié :

• le nom, prénom, sexe, date et lieu de naissance et nationalité du salarié ;
• le numéro Siren et la raison sociale de l’employeur ;
• pour les salariés détachés et les salariés titulaires d’un contrat de chantier : adresse, durée du chantier ou date de début et de fin de la prestation ou des travaux.

L’employeur doit aussi envoyer une photo de chaque salarié.

Une fois la demande effectuée, l’employeur doit remettre à chaque salarié une attestation provisoire individuelle. Cette attestation peut être présentée lors des contrôles. L’entreprise recevra ensuite les cartes par courrier.

En cas de modification des renseignements concernant l’entreprise, relatives aux salariés ou portant sur l’adresse du site ou du chantier de travaux, l’employeur doit en informer dans les 24 heures l’Union des caisses.

Caractéristiques de la carte BTP

carte-btp

Voici les différents éléments figurant sur la carte :

• les nom, prénoms et sexe du salarié ;
• la photo du salarié ;
• la raison sociale ou le nom de l’employeur ;
• le numéro SIREN ;
• le logo de l’entreprise, si elle le souhaite ;
• un numéro de carte et sa date de délivrance ;
• les coordonnées de l’UCF CIBTP ;
• un QR code permettant de contrôler la validité de la carte.

Le salarié doit toujours avoir sa carte sur lui sur le chantier. En cas de contrôle, le contrôleur scanne le QR code permettant de savoir instantanément si la carte est valide

En ce qui concerne la durée de validité de la carte, elle s’étale sur toute la durée du contrat de travail pour les salariés. Elle est de 5 ans pour les intérimaires et correspond à la période du détachement pour les salariés détachés. À la fin du contrat de travail, la carte doit être restituée à l’employeur. Lorsqu’un salarié change d’employeur, il doit changer de carte BTP, celle-ci faisant figurer l’identité de l’employeur.

Sanctions en cas de non-respect

S’il ne déclare pas les salariés concernés, l’employeur risque jusqu’à 2 000 € d’amende par salarié non déclaré ou par infraction. Il risque 4 000 € en cas de récidive dans l’année suivant la première amende (le montant de l’amende ne peut pas dépasser 500 000 €).

Calendrier de déploiement

Le décret instaurant l’obligation de la carte d’identification du BTP a été publié le mardi 23 février 2016. Il officialise la mesure instaurée par la la loi du 6 août 2015. Cette mesure rend obligatoire la carte d’identité professionnelle du BTP pour tous les salariés. L’arrêté ministériel du 20 mars 2017, pris en application de ce décret, précise notamment les modalités de déploiement des cartes BTP.

Pour les entreprises établies en France, le déploiement est progressif, il a commencé le 22 mars et s’étale sur cinq zones géographiques définies. Dans chaque zone, l’employeur dispose d’un délai de deux mois pour effectuer les demandes de cartes BTP pour ses salariés concernés au moment du lancement. Pour en savoir plus sur le déploiement régional et la période transitoire, consultez l’explication du site cartebtp.fr.